Sigle                                                                                        RETOUR SOMMAIRE



















L'AVIATION D'ARTILLERIE



LES  GAOA








Mai 1945, fin des hostilités. Début de l'occupation en Allemagne.







Laissons le Capitaine BERTHELOT poursuivre :


« Après avoir connu la pleine prospérité grâce au réalisme américain, elle (l'aviation d'artillerie) devait malheureusement,
 la paix revenue, voir son développement arrêté par la reprise de polémiques qui, au nom de principes,
l'étouffent lentement mais sûrement.

Dès l'Armistice, le Ministre de l'Air en réclame la propriété et, après discussions, un compromis est signé
le 23 août 1945, laissant l'organisation et l'emploi à l'Artillerie, mais réservant le personnel pilotes
 et mécaniciens ainsi que le matériel aérien à l'Air.





( Si je peux me permettre cette remarque, il est sûr que, tant que les hostilités duraient, tout était fourni par les Américains
et il n'était pas question de toucher à leur organisation. Mais une fois la guerre terminée, la France était autonome,
et l'Air pouvait se permettre d'ouvrir à nouveau sa grande .... )





Les sections, laissées dans leurs groupes après l'Armistice, sont pour des raisons d'organisation, de commandement
et d'entretien du matériel, regroupées en Pelotons d'Observation d'Artillerie, transformés par la suite en cinq
Groupements d'Aviation d'Observation d'Artillerie, stationnés en France métropolitaine,
en Zone Française d'Occupation et en Afrique du Nord. D'autre part, le Cours Pratique d'Observation Aérienne,

école d'observateurs, centre administratif et organe d'études est créé... »

La suite de l'article est à lire...







Cinq GAOA sont donc formés :

le n° 1 à NANCY

le n° 2 à WACKERNHEIM, jouxtant le terrain du CPOA à FINTHEN, transféré par la suite à BADEN-OOS

le n° 3 à SETIF

le n° 4 à FES

le n° 5 à TUNIS







On trouvera ci-après des précisions sur ces cinq GAOA.




























Fiche de Service en Campagne des GAOA 1951






























































Le CPOA









Au milieu de discussions incessantes sur l'Aviation d'Artillerie, qui apparaît comme indispensable, 
le Général ZELLER, Directeur de l'Artillerie, va donc décider de créer un cours d'observation.



Un certain Lieutenant-Colonel LEJAY – dont on pourra lire la biographie, quasi officielle – est désigné
pour prendre la direction du Cours Pratique d'Observation Aérienne par DM 4058 EMA/I du 1/10/1945.
Cet inconnu, officier d'artillerie sortant de Polytechnique, est pilote privé d'avion depuis 1930. 
Pendant la campagne d'Italie, le Lieutenant-Colonel LEJAY est chargé de diriger l'observation aérienne
et terrestre de la 4ème Division Marocaine de Montagne : il totalise plus de 300 missions de guerre sur Piper Cub L4...





Il va s'installer à côté de MAYENCE sur la base de FINTHEN. Le CPOA va d'abord former les observateurs,
en particulier pour l'Indochine, puis, à partir de juin 1952 les premiers observateurs-pilotes
et pilotes de l'ALOA. En 1953, il deviendra ESALOA et, à partir de 1955, ESALAT.
Le Général LEJAY va s'installer définitivement à PARIS en 1956 et, après l'achat du séminaire de DAX,
l'ESALAT va y venir en 1957. Les derniers éléments quitteront FINTHEN pour le 1er août 1958.


Entre-temps, le Colonel LEJAY avait été nommé Commandant de l'Aviation d'Artillerie par DM 5890/EMFAG 3.1 du 5 /07/1948.






La vie du CPOA ne sera très certainement, et très malheureusement, jamais écrite car, à part le Général RAZY,
il n'y a plus personne pour le faire. Et ce dernier, compte tenu de son âge et de la manière dont certains entendent
considérer l'histoire de l'ALAT, ne me paraît pas avoir la moindre intention dans ce sens, ce que je ne saurais lui reprocher.





Je sais qu'il a dit, à propos des écrits de tel ou tel,

«...il vaut mieux en rire qu'en pleurer, mais c'est pénible... »

Ajoutant, peu après, en parlant de lui et des très anciens,

«...et puis, après nous le déluge ! »




Le CPOA va vivre plus de dix ans, devenant sur la fin, comme il a déjà été dit, ESALOA puis ESALAT.

Il sera le creuset où bien des étapes futures seront démarrées même si beaucoup ne s'en rendent pas compte
ou ne veulent pas le voir.


Il va former, en particulier, deux cents observateurs pour l'artillerie entre 1946 et avril 1952 :
le premier stage observateur débutera d'ailleurs le 1er décembre 1945.







Une partie de la vie du CPOA se trouve dans les « Notes d'Information du Cours Pratique d'Observation Aérienne ».
Ceux-ci étaient rédigés par le Capitaine puis Chef d'Escadron BERTHELOT, mon père, alors Directeur de l'Instruction.
On trouvera, au fil des années, les numéros 1 à 7, de début 1949 à fin 1952, date à laquelle mon père partit en Indochine.







Le CPOA, outre la formation des observateurs et des commandants de GAOA, va faire un gros travail axé 
d'une part sur l'emploi de l'observation aérienne auprès des unités d'artillerie de l'armée à l'occasion
de manoeuvres et conférences, d'autre part sur l'emploi de la photographie aérienne
que ce soit pour la mise en place des tirs aussi bien que pour la recherche des emplacements de batteries,
positions de groupes ou même d'artillerie divisionnaire.





A de nombreuses reprises, les officiers du CPOA démontreront, grâce à la photographie aérienne,
que des tirs jugés en place par les observateurs terrestres ne l'étaient pas dans la réalité.





En Indochine, les états-majors, aussi bien des unités d'infanterie que d'artillerie, déploreront souvent
que les observateurs des GAOA ne puissent leur fournir des photographies :
mais ces derniers n'avaient à leur disposition ni appareils, ni pellicules, ni laboratoires pour ce faire.







Exemples d'études réalisées :



Etude d'une méthode d'ajustage des tirs par observation à vue avec utilisation de la photographie aérienne oblique.

Topographie des positions par photo verticale

Topographie des positions de groupe sommaire

Mesure des distances au stéréocomparagraphe sur photographies aériennes

Mesure des distances sur photographies obliques à l'aide du stéréocomparagraphe

Tableau des échelles et distances d'observation en fonction du renseignement recherché

Restitution de couvertures photographiques dont les clichés successifs ont un faible recouvrement

Projet de plan de travail en équipe de triangulation photographique Template

Fiche concernant l'équipement photographique pour observatoire terrestre







Voir également les articles parus dans certains numéros des Notes d'information du CPOA







Le CPOA va également concevoir et faire paraître de petits opuscules destinés à ses besoins propres 
ainsi que destinés à l'instruction des unités d'artillerie :





Notice provisoire sur l'emploi de l'Aviation d'Artillerie - juillet 1946

Technique de l'observation aérienne en avion léger - octobre 1947

Note sur le service en campagne de l'Aviation Légère d'Artillerie - juin 1950









































































































































































































































































                          Sigle                                                                                            RETOUR SOMMAIRE