RETOUR  SOMMAIRE













1953-54


Comment s'est faite l'ALOA

d'Indochine*















Mon père, le Chef d'Escadron BERTHELOT, va débarquer à Saïgon le 17 février 1953.






Nommé, comme on l'a vu, Chef de Corps des personnels de l'ALOA, il va s'atteler à la tâche, aidé d'un 
Adjudant- Chef et d'un secrétaire, de mettre sur pied les GAOA en assurant la relève du personnel
Armée de l'Air par celui de l'Armée de Terre. Ceci n'ira pas sans mal et sans heurt, compte tenu du fait que,
d'une part, l'Armée de Terre doit former
tous les spécialistes qui sont nécessaires, d'autre part l'Armée de l'Air
ne fera rien pour arranger les choses, précipitant même souvent le départ de ses gens avant les dates prévues.
Pour s'en rendre compte, il faut se rapporter aux courbes données dans l' «Annexe au rapport 1953 
l'Artillerie en Indochine» exposée dans ''1953 l'ALOA en Indochine''.






Ces lettres sont dans l'ordre de date, en général faciles à déchiffrer.






Leurs auteurs en sont pratiquement toujours les mêmes :

le Colonel LEJAY, bien sûr, pour quelques unes, Commandant l'ALOA à Finthen ;

le Chef d'Escadron RAZY à Paris ;

le Chef d'Escadron PEZET à Finthen ;

le Capitaine COFFRAND à Paris ;

quelques autres, toujours nommés ;


le Chef d'Escadron BERTHELOT à Saïgon ;

le Lieutenant-Colonel LUTHEREAU qui remplacera mon père
à la tête de l'ALOA, à partir de mai 1954.










                  * Cela pourrait tenir du gag, mais c'est vrai.











Courrier de mars à août 1953











Courrier de septembre 1953 à janvier 1954











Courrier de février à avril 1954











Courrier de mai à novembre 1954











Ainsi s'achève la présentation des éléments que je possède pour donner une idée

de ce que fut la petite histoire de la naissance de l'ALOA en Indochine.





Il est bien certain que ce qu'on peut lire ici n'est qu'une faible fraction de ce qui a existé.

Mais je pense que ces quelques éléments pourront donner une idée de la bataille 

de tous les instants qu'il fallut mener pour arriver au but.




L'ensemble des GAOA d'Indochine sera rapatrié souvent sans les avions 

qui resteront à l'armée vietnamienne, tout au moins les L 19,

et c'est le C.E. DELARUE qui en fut chargé.










                                                                                                                RETOUR  SOMMAIRE